Une transition vers un nouvel environnement, avec d'autres manières de sauvegarder, d’imprimer, d’échanger ou d’archiver les documents peut génerer des appréhensions compréhensibles chez les personnes moins férues de technologie.

la courbe de Rogers

De même qu’il y a une courbe de Gauss des résultats scolaires, il y une courbe d’adoption des innovations (courbe de Rogers). Pour une partie non négligeable du corps enseignant, il faudra du temps et un accompagnement de proximité pour mettre en place un usage innovant des tablettes.

D’après les théories relatives à l’innovation, une innovation se diffuse dans la société en suivant un processus qui touche différentes catégorie de consommateurs, des plus enthousiastes jusqu’aux plus réticents face à la technologie. E.M. Rogers a modélisé ce processus par une courbe de diffusion (dite courbe en S ou courbe en cloche) en y associant les différents profils de consommateurs correspondant aux différentes phases du processus d’adoption. Le challenge étant d’arriver à passer d’une diffusion confidentielle (innovators et early adopters) à une diffusion de masse (majorité avancée et retardée) qui représente plus de 60 % du marché potentiel.

Ainsi, plusieurs facteurs conditionnent la rapidité d’adoption par les consommateurs et de diffusion de l’innovation dans la société. Ces facteurs peuvent être de deux natures différentes :

  1. les facteurs endogènes à l’innovation (qui résultent des caractéristiques intrinsèques du produit ou de la technologie),
  2. les facteurs exogènes à l’innovation (qui résultent de l’environnement dans lequel est introduit le produit ou la technologie).

 

Le modèle de diffusion d’une innovation

La courbe en cloche ou courbe d’adoption de Rogers représente les différents profils de consommateurs qu’une innovation doit convaincre pour se diffuser dans la société (cf. schéma ci-dessus). Ces profils sont au nombre de 5 et ont des attentes très différentes les uns des autres. Les différences les plus marquantes se trouvent entre les deux premières catégories : innovateurs et adopteurs précoces d’un côté ; et majorité avancée et retardée puis les retardataires d’un autre côté. En effet, on passe de consommateurs sensibles et enthousiastes à l’innovation, à d’autres plus rationnels, voulant des preuves tangibles des performances et attendant qu’un standard technologique soit choisi.

D’autre part, le cycle de diffusion de l’innovation n’est pas continu et le passage d’une catégorie à une autre de consommateurs n’est pas automatique. La discontinuité du processus est liée à la différence d’attentes des types de consommateurs qui achètent le nouveau produit pour différentes raisons (cf. schéma ci-dessous).

La courbe de Rogers

Le principal challenge de la diffusion d’une innovation se situe à un jalon très important appelé « the chasm » (l’abîme) par Geoffrey Moore, situé entre les adopteurs précoces (early adopters) et la majorité avancée (early magority). En effet, le « chasm » représente le passage d’un marché de niche à un marché de masse et les attentes des consommateurs sont très différentes entre ces deux mondes comme le montre le schéma. Les innovateurs et les adopteurs précoces sont des consommateurs faciles à convaincre. A l’inverse, les consommateurs de la majorité avancée sont des pragmatiques. Ils attendent de voir et veulent des références clairement établies avant d’acheter. Par exemple, l’établissement du Blu-ray comme le standard de référence de la technologie de disque vidéo HD a ouvert à Sony la possibilité d’atteindre la majorité avancée.

 

L’intégration des nouveaux outils est réussie quand les enseignants disposent d’explications claires et à leur portée sur comment les outils fonctionnent, comment transférer les gestes professionnels d’un environnement à l’autre (créer un document texte, une présentation, la sauvegarder, consulter sa messagerie, imprimer - si c’est encore nécessaire ou prévu), stocker et gérer ses documents, accéder, depuis l'école, aux ressources préparées à domicile, projeter les contenus) et de temps suffisant pour mettre en pratique. Si on pense travailler
sur des iPads, les utilisateurs de Windows devront s’approprier les logiciels Apple (Keynote, Pages, Numbers, GarageBand au lieu de PowerPoint, Word, Excel, Audacity).

Un deuxième volet de la formation consiste à créer une représentation concrète des usages innovants  possibles dans les différents champs disciplinaires. Il est également recommandé de montrer aux enseignants comment accéder aux ressources à disposition.

Pour ancrer ces nouveaux usages dans les pratiques, il est primordial de donner du temps aux enseignants pour développer des scénarios d’intégration, adapter leur matériel et présenter leurs résultats et expériences.